Jean Marie Le Floch (1896-1918)

Jean Marie Le Floch naît le 11 août 1896 à Keriequel ar C’Hoat en Quéménéven. Il est le dernier enfant de Thomas, cultivateur et de Marie Louise Morvan.

Avant la guerre

En 1911, lors du recensement, à 15 ans, il est domestique à Kersantec chez Yves Quéau.

Blond aux yeux verts, il est de petite taille (1,58m) et sait lire et écrire.

Ajourné pour faiblesse en 1915 et 1916, il est  lui aussi finalement classé « Service armé » par la commission de réforme de Quimper du 28 mai 1917 (matricule 3534 au recrutement de Brest-Châteaulin).

Pendant la guerre

Incorporé au 87e RI, le 9 septembre 1917, comme soldat 2e classe, il est maintenu « Service armé » par la commission de réforme de Quimper du 20 septembre 1917 mais proposé pour changement d’arme (artillerie montée) pour « scoliose non imputable au service ».

Il passe au 28e régiment d’artillerie le 26 septembre 1917, puis au 264e régiment d’artillerie de campagne le 10 mai 1918 où il sert comme artilleur. 

Deuxième canonnier servant de la 43e batterie, il est tué le 29 août 1918, à 500 mètres au nord-ouest de Billancourt dans la Somme.

Circonstances de son décès

Le 28 août, le 1er groupe auquel appartient la 43e batterie est mis à disposition de la 126e division et met en batterie vers 20 heures dans le ravin de Billancourt. C’est là, pendant la nuit, qu’un obus tombe sur la tente où se repose Jean Marie Le Floch.

« à 3 heures du matin, un obus de 105 tombe sur une toile de tente de la 43e batterie et tue Brière, Lebrun, Le Floch ; le canonnier Fontanille est grièvement blessé », peut-on lire dans le JMO du 1er groupe du 264e RAC, en date du 29 août 1918.

Citations 

Il est cité à l’ordre du régiment le 2 septembre 1918 « canonnier courageux et remarquable par son calme sous les tirs ennemis. Blessé mortellement le 29 août 1918 » et se voit attribuer la croix de guerre à titre posthume.

Après son décès

Jean Marie Le Floch est inhumé dans la nécropole nationale de Hattencourt dans la Somme, tombe 172.

Son décès est retranscrit le 8 novembre 1918 à la mairie de Quéménéven

Sources

Registres d’état-civil de Quéménéven

Fiche matricule, AD du Finistère (1R-1564 – 1916)

Site Mémoire des Hommes : Sa fiche sur la base des morts pour la France, JMO du 264e RAC et de son 1er groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *