Alain Daigné (1893-1914)

Le premier soldat de Quéménéven à perdre la vie le 21 août 1914

Alain Marie Daigné naît le 11 février 1893 à Kergaradec en Quéménéven. Il est le huitième enfant de Pierre, tailleur et tisserand, et de Marie Louise Pennaneac’h.

Avant la guerre

En 1911, lors du recensement, il est journalier et vit à Lendu-Vian chez son père, tisserand.

Blond aux yeux bleus, il mesure 1,61m, taille moyenne pour l’époque, et ne sait ni lire, ni écrire.

De la classe 13, il est, à l’heure de la mobilisation générale, au service militaire depuis le 25 novembre 1913 (matricule 1551 au recrutement de Brest-Châteaulin) au 71e régiment d’infanterie de Saint-Brieuc

Pendant la guerre

Alain Daigné est « tué à l’ennemi » le 21 août 1918 à Arsimont en Belgique, lors de la bataille de Charleroi. Il est alors soldat au 71 e RI.

Circonstances de son décès

Le 71e RI quitte Saint Brieuc le 5 août 1914 en train pour les Ardennes, où il cantonne jusqu’au 15 août au sud de Charleville-Mézières. Il compte 193 officiers, 3142 hommes de troupe et 190 chevaux.

Le 16 août le corps d’armée se porte vers le nord en 2 colonnes. La 19ème division forme la colonne de gauche, et le 71ème RI forme le gros de la colonne.

Le 17 août, à marche forcée, les colonnes entrent en Belgique, et atteint la Sambre entre Namur et Charleroi le 19 août.

Le 21 août la division organise ses positions sur la Sambre. L’ennemi tente plusieurs attaques pour prendre les ponts tenus par les Français.

A 16h00, le général commandant la division donne l’ordre au 71ème de prononcer une contre attaque pour contenir l’ennemi qui semble déborder la gauche du 70ème et de prendre pour objectif Arsimont.

A 18h30, le 71ème intervient dans l’action : un bataillon dans Arsimont, deux bataillons contournent le village à l’est et à l’ouest pour rejeter l’ennemi. Les compagnies se déploient à découvert. Mais les maisons du village sont occupées par les soldats allemands qui attendent et fusillent les fantassins au passage. 

C’est ici qu’Alain Daigné trouve la mort.

Après avoir réussi à reprendre l’offensive au nord d’Arsimont, les troupes engagées (71e et 70e) sont obligées de se replier aux abords de Fosse pour se réorganiser.

Pour en savoir plus : lire l’article sur la bataille des frontières

Après son décès

Alain Daigné est inhumé en Belgique, dans la Nécropole Nationale d’Auvelais, tombe 234.

Son décès est retranscrit le 10 février 1920 à la mairie de Quéménéven.

Sources

Registres d’état-civil de Quéménéven

Fiche matricule aux AD du Finistère (1R-1499-1913)

Site Mémoire des Hommes : Base des Morts pour la France, JMO du 71e régiment d’infanterie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *