Yves Le Baut (1882 – 1916) – la reprise du fort de Vaux

Coll. A. Guilloré

Coll. A. Guilloré

Yves Le Baut naît le 09 octobre 1882 au bourg de Quéménéven. Il est le fils aîné de René, cultivateur et de Marie Anne PHILIPPE. Quand la guerre éclate, il est célibataire et cantonnier à Quéménéven.

Il est mobilisé au 118e régiment d’infanterie de Quimper avec le matricule 2522. En juin 1916, il adresse une carte postale à ses sœurs pour leur montrer à quoi ressemble le poste de mitrailleur qu’il occupe, précisant bien que la carte ne représente pas le 118ème et qu’il est inutile de le chercher. Il disparaît le 3 novembre 1916 à Vaux dans la Meuse, à 34 ans, lors de la reprise du fort de Vaux par les troupes françaises.

Coll. A. Guilloré

Coll. A. Guilloré

Secteur de Verdun

Comme en témoignent les journaux de marche et d’opération du 118ème régiment d’infanterie de Quimper, Yves Le Baut a déjà pris part à de nombreux combats, quand, à l’automne 1916, ce régiment monte pour la seconde fois au front dans le secteur de Verdun. En mars-avril 1916, le régiment y avait pris part à la bataille pour la ferme de Thiaumont, avant d’être transporté dans le secteur de Berry-au-Bac qu’il avait tenu entre mai et septembre 1916. C’est de ce secteur qu’Yves Le Baut a écrit la carte postale représentant la mitrailleuse.

Le 20 octobre 1916, le régiment est de retour dans le secteur de Verdun, et monte en 1ère ligne le 29.

Le 118ème occupe le secteur de Vaux qu’il doit organiser en vue d’une attaque du fort occupé par les Allemands. La reprise du fort de Douaumont, quelques jours plus tôt, a sérieusement entamé la ligne de résistance ennemie. Mais le fort de Vaux résiste. L’artillerie lourde allemande cause beaucoup de pertes dans les lignes françaises, et inversement.

source wikimedia – Le fort de Vaux en mars 1916 (les deux soldats au centre de la photo donnent l’échelle)

Du 30 octobre au 2 novembre, les P.C., les tranchées des compagnies de réserve et les anciennes premières lignes françaises sont bouleversés par le bombardement. L’artillerie française ne reste pas inactive. Elle vise les dépôts de munitions et gêne le ravitaillement du fort qui n’est plus acheminé que par une seule voie. Les pertes sont considérables d’un côté comme de l’autre.

Le 2 novembre, vers 15 heures, arrive l’information que les Allemands ont annoncé par radio l’évacuation du fort de Vaux.
Dans la nuit du 2 au 3 novembre, deux patrouilles du 118e sont envoyées pour vérifier l’exactitude des faits. Elles arrivent sans incident dans les fossés du fort, permettant à la 3ème compagnie du 118e accompagnée de 40 grenadiers du 298e et d’un détachement du génie de pénétrer dans le fort à 3 heures du matin.

source wikimedia

Le 3 novembre, avec le 19e RI, et toujours sous les feux de l’artillerie allemande, l’occupation et la surveillance du fort de Vaux s’organise, ainsi que la prise et l’occupation de batteries ennemies autour du fort.
Dans la nuit du 3 au 4, les 2 bataillons du 118e placés en 1ère ligne, en avant du fort de Vaux, sont relevés par 2 bataillons du 298e RI. La 3e compagnie de mitrailleuses du 118e vient du tunnel-ouest au fort de Vaux pour y tenir garnison. A part cette compagnie, tout le 118e régiment redescend dans ses cantonnements.
Les pertes des 2 et 3 novembre s’élèvent à 6 officiers blessés, 49 hommes de troupe blessés, 15 évacués, et 20 tués, parmi lesquels Yves Le Baut.

L’annonce de la disparition

Une carte postale datée du 6 décembre 1916 témoigne de l’inquiétude de sa famille d’être sans nouvelles de leur fils et frère. Ce n’est que le 16 décembre qu’un courrier officiel parvient à la mairie de Quéménéven annonçant la disparition de Yves Le Baut.

Coll. A. Guilloré

Coll. A. Guilloré

Inhumation

Yves Le Baut est inhumé dans la nécropole nationale de Fleury-devant-Douaumont, tombe 80, qui compte 16 136 tombes de soldats français tués pendant la 1ère guerre mondiale dans le secteur de Verdun.

photo M.Coppenrath

Nécropole de Fleury-sous-Douaumont. Photo M.Coppenrath (2013)

Coll. A. Guilloré

Coll. A. Guilloré


Sources :

Base des Morts pour la France

JMO du 118e régiment d’infanterie

Mots-Clés:

1 commentaire Laissez le votre

  1. Guilloré Philippe #

    Bonjour,
    La famille Guilloré de Pannecé en Loire-Atlantique a été heureuse de trouver votre site et de reconnaître Yves Lebaut, oncle d’Yves et grand-oncle de Philippe

Laisser une Réponse





Cliquez sur l'image pour accéder aux détails
Points de vente Finistère :
- Mairie de Quéménéven
- Librairie Ravy, Quimper
- Maison de la Presse, Châteaulin
- Super U, Plogonnec
Acheter sur Amazon :
Commander à l'auteur
Bon de commande

Cliquez sur l'image pour accéder à la liste