Sébastien Guidal (1887-1918)

Sébastien Guidal naît le 13 mai 1887 à Pennavur en Cast. Il est le fils de Jean Rolland Guidal et de Marie-Jeanne Roignant

Avant la guerre

En 1911, lors du recensement, il a 24 ans et est domestique à Kergaradec Vras chez Thomas Hascoët.

Il épouse Marie Anne Brélivet le 5 janvier 1913. Ils auront deux enfants, Yves né en juillet 1914 et Jeanne née en novembre 1918.

Pendant la guerre

Etant de la classe 1907, il est sans doute mobilisé le 5 ou le 6 août 1914 (matricule 877 au recrutement de Quimper).

Il meurt des suites de ses blessures le 22 juillet 1918 à l’ambulance 6/7 de Gué à Tresmes, Congis, Seine et Marne. Il est alors soldat à la 1ère compagnie du 262e régiment d’infanterie de Lorient, détaché AS4.

Circonstances de son décès

Le 262e RI est le régiment de réserve du 62e RI de Lorient. D’abord constitué à deux bataillons, il passe à trois bataillons en juillet 1916 par l’adjonction d’un bataillon du 318e dans lequel était peut-être Sébastien Guidal, à l’instar de plusieurs Quéménévénois.

Le 262e RI est lui-même dissous le 16 février 1918. Ses trois bataillons sont constitués en bataillons isolés à 4 compagnies chacun, et mis à la disposition de l’artillerie d’assaut (chars), le surplus est affecté au 2e bataillon de tirailleurs marocains.

Sébastien Guidal se retrouve dans l’un des bataillons accompagnant un groupe d’artillerie d’assaut (AS4). L’infanterie d’accompagnement a pour mission essentielle d’aider à la progression des chars  par des travaux préparatoires et en cours d’attaque (traçage des pistes pour progresser à travers les lignes) et par un accompagnement au plus près du char pour le piloter à travers les obstacles du terrain (groupe d’élite).

L’AS 4 (chars Schneider) a été intégrée en juin-juillet 1918 au 501e Régiment d’artillerie d’assaut créé le 13 mai 1918. 2 compagnies du 262e RI de Lorient servent d’infanterie d’accompagnement au groupement des chars Schneider pendant l’offensive victorieuse du 18 au 23 juillet 1918 dans le secteur de Villers-Cotterêts et le Soissonnais.

Le 19 juillet, les chars Schneider entraînent les Américains jusqu’aux lisières de Parcy-et-Tigny. C’est probablement ce jour-là que Sébastien Guidal est blessé et évacué sur l’ambulance de Gué-à-Tresmes, où finalement il décède le 22 juillet.

Après son décès

Il est inhumé à la nécropole nationale de Chambry, Seine et Marne, tombe 239.

Son décès est retranscrit le 18 juin 1921 à la mairie de Quéménéven

Il est décoré de la médaille militaire et de la croix de guerre avec palme pour son action avec le 262e RI

Sources

Registres d’état-civil de Quéménéven

Sa fiche sur la base des morts pour la France (site Mémoire des Hommes)

JMO du 262e RI, historique du 501 RAS

Cliquez sur l'image pour accéder aux détails
Points de vente Finistère :
- Mairie de Quéménéven
- Librairie Ravy, Quimper
- Maison de la Presse, Châteaulin
- Super U, Plogonnec
Acheter sur Amazon :
Commander à l'auteur
Bon de commande

Cliquez sur l'image pour accéder à la liste