Pierre Pelliet (1884-1917)

Pierre Pelliet naît le 28 janvier 1884 à Kerimanton. Il est le deuxième fils de Pierre, cultivateur, et de Marie-Anne Le Menn. Son frère aîné, Guillaume, et son frère cadet, René, traverseront les 4 années du conflit et se marieront en 1919 à Quéménéven, tout comme ses deux jeunes soeurs. Son plus jeune frère, né en 1900, a peut-être échappé à la guerre.

Avant la guerre

En 1911, lors du recensement, il n’apparaît pas sur les relevés de Quéménéven.

Pendant la guerre

Etant de la classe 1904, il est probablement mobilisé le 5 ou le 6 août 1914 (matricule 3064 au recrutement de Quimper).

Il meurt le 15 avril 1917 à l’ambulance 7 de Cuperly (Montfrenet) dans la Marne des suites de ses blessures. Il est alors soldat à la 7e compagnie du 108e RI

Circonstances de son décès

On ne sait pas à quel moment Pierre Pelliet rejoint le 108e RI (origine Bergerac).

Mi mars 1917, le régiment est de retour de 1ère ligne pensant jouir de quelques jours de repos, mais dans les nuits des 19 au 21 avril, il relève le 56e RI dans le secteur de la Grande Taupinère au nord de Saint-Hilaire-le-Grand, à l’est de Reims. Ce n’est pas un secteur calme, jusqu’à fin avril il repousse plusieurs coups de main ennemis. De plus on y prépare une grande offensive.

Alors que les 1er et 3e bataillons sont envoyés au repos et à l’entraînement à l’arrière du front, le 2e bataillon, dans lequel se trouve Pierre Pelliet occupe tous les emplacements où les 1er et 3e bataillons s’établiront pour l’attaque prévue le 17 avril à 4h45, et travaille jour et nuit pour réaliser l’aménagement complexe du secteur d’attaque.

Pierre Pelliet est blessé le 13 avril avec 7 autres soldats de sa compagnie, dont son caporal et son sergent. On peut lire dans le JMO du 108e en date du 13 avril « La compagnie de RAT MORT exécute une patrouille de reconnaissance; de même la 7e compagnie du 108e (secteur à gauche) : le S/Lieutenant DANGLADE réussit une randonnée dans le fortin 414 et rapporte des renseignements intéressants; tout l’effectif rentre dans nos lignes, blessés compris »

Pierre Pelliet décède 2 jours plus tard à l’ambulance de Cuperly Mont-frenet.

Après son décès

Il est inhumé dans la nécropole nationale de Mont-Frenet, La Cheppe (Marne), tombe 1271.

Son décès est retranscrit le 4 juin 1917 à la mairie de Quéménéven

Sources

Registres d’état-civil de Quéménéven

Sa fiche sur la base des morts pour la France (site Mémoire des Hommes)

historique et JMO du 108e RI (sur MDH)

Cliquez sur l'image pour accéder aux détails
Points de vente Finistère :
- Mairie de Quéménéven
- Librairie Ravy, Quimper
- Maison de la Presse, Châteaulin
- Super U, Plogonnec
Acheter sur Amazon :
Commander à l'auteur
Bon de commande

Cliquez sur l'image pour accéder à la liste