Joseph Joncour (1889-1915)

Joseph Marie Joncour naît le 8 mai 1889 à Lindu en Quéménéven. Il est le quatrième et dernier enfant de Joseph, cultivateur , alors âgé de 33 ans, et de Marie Anne GILLE, âgée de 34 ans.

Avant la guerre

Au moment du recensement de 1911, il est probablement au service militaire.

Pendant la guerre

Étant de la classe 1909, il est mobilisé dès le 3 ou le 4 août 1914 (matricule 2602 au recrutement de Quimper) vraisemblablement au 2ème régiment d’infanterie coloniale de Brest.

Il est tué le 25 septembre 1915 à Souain dans la Marne. Il est alors soldat au 52ème régiment d’infanterie coloniale. Ce régiment a été constitué en mai 1915 dans le Var par un bataillon (commandant Fleury) venu du dépôt du 2e R.I.C. (Brest) et par un bataillon (commandant Chevalier) formé par une compagnie de 4 régiments d’infanterie coloniale dont le 2e R.I.C. de Brest.

Le 17 août 1915, le 52e R.I.C. rejoint son corps d’armée (le 2e C.A.C.) à Suippes, où il est employé à des travaux dans le secteur de Souain (préparation de l’attaque du 25 septembre).

Circonstances de son décès

Persuadé que la rupture du front était possible par des attaques puissantes localisées, le Général Joffre lance, le 25 septembre 1915, une offensive de grande envergure en Champagne sur un front de 25 kilomètres à l’est de Reims.

Trois journées de bombardements intenses par l’artillerie française préparent  le terrain pour l’infanterie. L’assaut est déclenché le 25 septembre à 9h15. Dans le secteur de Souain, où se trouve Joseph Joncour les tranchées françaises et allemandes sont séparées par à peine 100 mètres.

Voir l’article sur la seconde bataille de Champagne.

Voici ce que l’on peut lire dans l’historique du 52e RIC

« A minuit, les bataillons quittèrent leurs bivouacs pour gagner les emplacements d’attente situés tout prés des parallèles de départ. Ce mouvement, exécuté par nuit noire, dans des parallèles et des boyaux enchevêtrés , suivi par tous les éléments d’une division, s’accomplit avec ordre. A 3 heures du matin, les bataillons étaient à pied d’œuvre et recevaient un complément de munitions (2 grenades par homme).

« Vers 6 heures, l’heure de l’attaque fut communiquée à la troupe. On eut bien soin d’expliquer aux hommes que l’artillerie cesserait son tir à 9 heures ; que la première vague quitterait la parallèle de départ à 9 h 10 ; que la deuxième vague la remplacerait dans la parallèle de départ et déboucherait quand la première aurait gagné une distance de 50 mètres ; que les autres vagues procèderaient de même ; que le tir d’artillerie reprendrait alors, non sur les premières tranchées ennemies, mais sur celles plus en arrière pour se continuer suivant notre avance.

« Jusqu’à 9 heures, l’artillerie française fut seule en action. A 9 h 10, la première vague bondit hors de la parallèle de départ et, entre 9 h 15 et 9 h 20, ce fut le tour des troisième et quatrième vagues dont le 52e faisait partie.
« Mais entre le moment où cessa le tir de notre artillerie et celui où déboucha la première vague, l’ennemi s’était ressaisi. Il déclencha un formidable barrage entre ses lignes et les nôtres ; ce barrage ne réussit pas à arrêter la marche de nos vagues, mais, le régiment, sur une distance de moins de 200 mètres, laissa le quart de son effectif. (…)

la marche en avant continua. Les vagues se reformaient d’elles-mêmes, après le franchissement des obstacles, et les ouvrages de Presbourg et de Wagram furent abordés et enlevés après un rude combat de tranchée où la baïonnette joua le plus grand rôle. Peu ou pas de prisonniers : l’acharnement était trop grand de part et d’autre. (…)

Plus de 6 kilomètres avaient été franchis, 11 lignes de tranchées enlevées. »

Après son décès

Son décès est retranscrit le 26 mai 1921 à la mairie de Quéménéven

Sources

Registres d’état-civil de Quéménéven

Fiche de Joseph Joncour sur la base des morts pour la France (site Mémoire des Hommes)

Historique du 52e RIC

Cliquez sur l'image pour accéder aux détails
Points de vente Finistère :
- Mairie de Quéménéven
- Librairie Ravy, Quimper
- Maison de la Presse, Châteaulin
- Super U, Plogonnec
Acheter sur Amazon :
Commander à l'auteur
Bon de commande

Cliquez sur l'image pour accéder à la liste