Jacques Curunet (1888-1914)

Jacques Jean Marie Curunet naît le 17/06/1888 à Tréguer, en Plonévez Porzay.  Il est le fils de Jacques, cultivateur, âgé de 42 ans à sa naissance et de PENHOAT Marie Anne, âgée de 33 ans.

Avant la guerre

Le 17 novembre 1912, il épouse Marie Anne Colin de Quéménéven. Le mariage a lieu à Plomodiern où Jacques Curunet est cultivateur. Ils auront un fils, Bastien.

Pendant la guerre

Etant de la classe 1908, il rejoint le 118e régiment d’infanterie de Quimper, mobilisé le 7 août 1914. Le régiment compte 55 officiers, 3320 hommes de troupe, 12 éclaireurs montés fournis par le 2ème chasseurs et 186 chevaux.

Le 8 août, le 118ème embarque en gare de Quimper pour les Ardennes, où il cantonne à Croix-Aux-Bois. Sa montée vers le Nord se déroule par à-coups à partir du 14 août, avec la 22ème division d’infanterie.

Le 22 août le régiment est engagé dans les combats meurtriers de Maissin-Paliseul en Belgique (voir l’article sur la bataille des frontières). Quand dans la nuit du 22 au 23 août, la 22ème division se replie, près de la moitié du 118ème régiment manque.

Circonstances de son décès

Après cette défaite, le 118e RI se replie le 24 août sur la rive gauche de la Meuse avec ordre de garder les 3 ponts au nord du château de Bellevue, au sud-ouest de Sedan.

Le 26 août, les Allemands passent la Meuse à Donchery et progressent vers les positions du 118ème, qui résiste, se replie, contre-attaque et finalement se replient sur Omicourt.

Le 27 août, la 44ème brigade reçoit l’ordre d’appuyer une attaque de la 21ème division sur Noyers. Le 2ème bataillon du 118ème va se positionner au nord de Chaumont St Quentin où il est accueilli par un feu violent. Le terrain est désavantageux en raison des cultures sur pied qui oblige les hommes à tirer debout ou à genou.

A 16h30 une attaque générale est lancée pour s’emparer de Chaumont St Quentin, enlevé vers 18h par des éléments du 12ème corps. Le 118ème revient à Bulson pour se reconstituer. A 23 heures, il repart pour Chaumont St Quentin qu’il doit occuper et organiser. Il y arrive à minuit.

Le 28 août, un violent bombardement éclate sur les positions du 118ème, mais les troupes tiennent le terrain.

Jacques Curunet disparaît ce 28 août 1914 à Chaumont-Saint-Quentin

Après son décès

Son décès est retranscrit le 16/1/1921 à la mairie de Quéménéven. Après sa mort, sa femme vient s’installer avec son fils à Quéménéven, auprès de sa famille.

Sources

Registres d’état-civil de Quéménéven

Fiche de la base des Morts pour la France sur le site Mémoire des Hommes

JMO du 118e RI sur le site Mémoire des Hommes

Cliquez sur l'image pour accéder aux détails
Points de vente Finistère :
- Mairie de Quéménéven
- Librairie Ravy, Quimper
- Maison de la Presse, Châteaulin
- Super U, Plogonnec
Acheter sur Amazon :
Commander à l'auteur
Bon de commande

Cliquez sur l'image pour accéder à la liste