Guillaume Nicolas (1884-1918)

Guillaume Nicolas, Leur an Torch - Coll. C. Capitaine

Guillaume Nicolas, Leur an Torch – Coll. C. Capitaine

Guillaume Jean Marie NICOLAS naît à Cast, à Penboudennec le 8 décembre 1884, fils de Guillaume et de Marie Jeanne CONAN.

En 1911, le 5 février, il épouse, à Cast, Marie Anne Louboutin de Quéménéven.

Leur dernier enfant, Jean Guillaume, naît en mai 1915 à Leur-an-Torch. C’est le père, Guillaume, qui déclare la naissance de son fils à la mairie. Il est alors probablement en permission (matricule 3117 au recrutement de Quimper).

Il est « tué à l’ennemi », le 27 octobre 1918, à Vandy dans les Ardennes. Il est alors soldat à la 19e compagnie du 205e régiment d’infanterie. La photo ci-contre a été prise alors qu’il était dans ce régiment.

Le 205e Régiment d’infanterie

Le 205e RI est un régiment de réserve mobilisé à Falaise (Calvados) le 4 août 1914. On ne sait pas à quel moment Guillaume Nicolas rejoint ce régiment. En 1914, le régiment participe à la retraite de Belgique, puis à l’offensive de la Marne, à la 1ère bataille de l’Aisne. A partir d’octobre, le régiment est dans la Somme, occupant divers secteurs. A la date où Guillaume Nicolas est à Quéménéven (26 mai 1915), le 205e RI participe à la 2ème bataille d’Artois au cours de laquelle les combats se succèdent pendant un mois.

Début septembre 1915, le régiment est transporté au sud de Verdun. Il participe à la seconde bataille de Champagne et à la prise de la butte de Tahure, où plusieurs Quéménévénois laissèrent la vie.

Fin décembre 1915 le régiment est de retour dans la Somme. Il est dans le secteur de Foucaucourt pendant la bataille de la Somme en juillet 1916 avec les régiments de réserve bretons (219e RI notamment). Fin 1916, le régiment est transporté dans l’Oise. En mars, il participe à la poursuite de l’ennemi dans le secteur de Coucy, au nord de Soissons. Il tient ce secteur jusqu’en juillet.

A la mi-août 1917, le régiment est déplacé dans le secteur du Chemin des Dames. De nombreux coups de mains ont lieu sur l’Ailette. Fin mars 1918, le régiment est un peu plus à l’ouest dans le secteur de Thiescourt. Le 9 juin, il y subit une violente attaque allemande.

Le 14 juin 1918, le 205e RI est relevé et transporté en Alsace, où il prend le secteur de La Chapelle-sous-Rougemont jusqu’au 20 août, puis le régiment revient en Champagne, dans la région de Somme-Py.

Octobre 1918, dans les Ardennes

Le 20 octobre 1918, le 205e RI est sur les pentes Est de l’Aisne dans le secteur de Claire-Fontaine dans les Ardennes, participant à l’offensive libératrice de Champagne.

Le 21 octobre, les Allemands déclenchent un violent bombardement et une série d’attaque visant à déborder les troupes. La tentative, très coûteuse e, vie humaine de part et d’autre, est vaine et les pentes de l’Aisne restent aux mains du 205e RI. Le 22 et le 23 octobre, le 205e subit de nouvelles attaques massives mais tient bon.

Du 24 au 31, la situation demeure inchangée. Les bombardements sont très fréquents la nuit. n peut lire dans l’Historique du régiment :

« Epuisé par ce troisième échec, l’ennemi ne renouvelle plus ses attaques. De notre côté, en dépit de l’âpreté et de la fatigue des combats soutenus prenant près de trois jours, le régiment reprend sa marche en avant et se porte sur les crêtes de la cote 180. L’ennemi tient en force la cote 193, d’où il balaie de ses feux nos tirailleurs blottis dans leurs trous. Aucun mouvement ne peut se faire le jour. Terrées dans une tranchée à peine ébauchée, les compagnies en ligne, profitant de l’obscurité améliorent avec des moyens de fortune leur installation précaire. Derrière elles, les eaux de l’Aisne montent, gênant les communications et le ravitaillement. Les corvées et les agents de liaison accomplissent leur pénible mission en s’ingéniant à cheminer à travers les prairies recouvertes en partie par l’inondation ».

Le 26 octobre, la 19e compagnie, dans laquelle se trouve Guillaume Nicolas, monte en 1ère ligne relever la 18e. Le lendemain, Guillaume Nicolas, trouve la mort. Les circonstances exactes ne sont pas détaillées dans le journal de marche du régiment.

Après son décès

Guillaume Nicolas est inhumé dans la tombe individuelle 663 de la nécropole nationale de Chestres à Vouziers dans les Ardennes. Son décès a été retranscrit à la mairie de Quéménéven le 16 mars 1919.

Tombe de Guillaume Nicolas. Coll. C. Capitaine

Tombe de Guillaume Nicolas. Coll. C. Capitaine

La nécropole de Chestres abrite les corps de 2484 soldats français dont 1337 en ossuaire. Dans le haut du cimetière, le carré des combattants tchécoslovaques : 284 tués en octobre 1918 dont 160 inconnus en ossuaire, ainsi qu’un monument « A la mémoire des légionnaires des 21ème et 22ème régiments tchécoslovaques tombés au champ d’honneur en 1914-1918 aux côtés de leurs camarades des armées alliées pour la liberté. » Le cimetière abrite aussi les corps de 10 civils Belges et 124 soldats russes déportés par les Allemands pour le travail.

source : http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/chestres


Sources

Registre d’état-civil de Quéménéven

Sa fiche sur le base des Morts pour la France (site Mémoire des Hommes)

Historique du 205e RI sur Gallica BNF

JMO du 205e RI sur le site Mémoire des Hommes

Mots-Clés:

Laisser une Réponse





Cliquez sur l'image pour accéder aux détails
Points de vente Finistère :
- Mairie de Quéménéven
- Librairie Ravy, Quimper
- Maison de la Presse, Châteaulin
- Super U, Plogonnec
Acheter sur Amazon :
Commander à l'auteur
Bon de commande

Cliquez sur l'image pour accéder à la liste